Remontez-moi !
Nous joindre
talks@motionbeer.com

Loic Parasote

Loic Parasote est un talentueux motion designer avec 10 ans d’expérience. Capable de produire des designs propres et efficaces aussi bien que de les animer, en 2D comme en 3D, Loïc incarne le généraliste par excellence : apte à gérer l’intégralité d’un projet et surtout, apte à le faire bien.

Entrevue

Salut Loic ! Peux-tu te présenter ?

Salut, je m’appelle Loïc Parasote, j’ai 33 ans, je suis Directeur artistique et motion designer freelance. Après une licence d’infographie 3D à Pôle 3D Roubaix, j’ai fait mes débuts en agence sur Paris en tant que DA et superviseur 2D/3D dans l’agence Peter Franklin. C’était vraiment cool, ils avaient de très bons clients (Dior, Louis Vuitton, Berlutti, Contrex, Axa…), l’objectif était de développer le département infographie de l’agence. C’était pour moi l’occasion de recruter et rencontrer de nombreux freelances. C’était très formateur, chaque graphiste apportait ses techniques, ses astuces et aussi sa vision de notre secteur. Ca m’a permis de connaître notre secteur des 2 côtés : agence et freelance. Et à force, je suis aussi devenu freelance en 2014.

 

Tu es un vrai généraliste. Tes travaux présentent de la 3D, stylisée ou non, de la 2D avec et sans personnages, des TV idents, des explainers … Et en plus, la qualité est toujours au rendez-vous. Certains motion designers choisissent de se spécialiser dans un domaine, pourquoi pas toi ?

J’ai eu de nombreuses expériences différentes qui m’ont poussées à explorer les VFX 3D, puis les habillages TV, les films 2D corporate, la scénographie… et depuis j’adore switcher de l’un à l’autre. L’avantage c’est qu’avec un client, on va pouvoir chercher ensemble la solution la plus adaptée sans être bridé sur un type de prod ou d’univers graphique.
Je touche à tout mais pour certains projets, il m’arrive de plus en plus souvent d’appeler des freelances pour m’aider sur des demandes plus techniques comme l’illustration et l’animation de personnages (j’avoue que cette partie ce n’est vraiment pas mon truc).

 

 Quelle partie de ton travail préfères-tu et pourquoi ?

Le design ! Je trouve que c’est un super défi que de rendre sexy un brief qui ne l’est pas forcément. Des peintres ont fait de très beaux portraits avec des gens moches.
Je trouve que chaque design est différent, je vais parfois dessiner des textures dans Photoshop, ou faire des tracés dans Illustrator que je vais ensuite fusionner dans C4D, dessiner des parties dans After-Effects… L’animation c’est différent, trop d’heures à positionner à la chaîne des keyframes.

 

Quelles sont les principales sources d’inspirations de ton travail ?

Vimeo, Dribbble, Behance, Instagram… et j’aime bien regarder la déco d’intérieur et les designers d’objets qui, par rapport au secteur du motion, sont souvent en avance sur les couleurs et matières. Je m’inspire souvent de nuanciers de marques de peinture.

 

Considères-tu le motion design comme un métier ? Comme une passion ? Ou les deux ?

C’est un métier passionnant :p qui n’existait pas à l’heure où on nous demandé à l’école : “tu veux faire quoi plus tard?” Il ne faut pas oublier que c’est avant tout un métier, que la journée on répond à des clients qui ont des attentes biens précises. C’est d’ailleurs important de rencontrer les clients pour comprendre leurs façons de penser, pourquoi ils ne veulent pas telle forme ou telle couleur. C’est toujours plus compréhensible et logique venant de la bouche d’un client plutôt que d’un chef de projet qui maîtrise moins leur métier. Leurs contraintes sont des premières pièces de créativité, et non des freins.
Pour le côté passion, c’est un plaisir de dessiner tous les jours, de créer des visuels avec des univers différents et de les retrouver à la TV ou sur des scènes de spectacles. De se lever et partir bosser sans traîner les pieds. C’est rare un métier où on cherche à se surpasser chaque jour 😀

 

Tu as été des deux côtés du miroir, salarié et freelance. Penses-tu que la façon de pratiquer ton travail soit différente dans l’un ou l’autre cas ? Et si oui, en quoi ?

Oui c’est différent. Ce qui m’a le plus marqué, c’est qu’en entreprise il y a toujours les histoires internes, les petits ragots qui viennent te polluer. En freelance, quand tu fais un projet dans une agence ou studio, tu ne fais pas attention à ça et tu n’en retiens que le meilleur. A force d’enchaîner, tu découvres différentes astuces d’organisations, de vision… c’est enrichissant. En salarié, tu as une vision plus réduite, tu peux parfois avancer pendant plusieurs années avec de mauvaises techniques. Après ce tour d’horizon, je serais curieux d’appliquer tout ça dans une agence.

 

Vu le jeune âge de notre métier, on considère qu’un motion designer de plus de 30 ans est déjà ultra senior. En tant que senior, quoi que toujours pimpant, que penses-tu de l’évolution du métier depuis 10 ans ? Y-a-t’il des perspectives qui t’excitent, et d’autres qui t’inquiètent ?

Le métier a bien changé en 10 ans, aussi bien du côté technique que des “audiences”.
En tech, de la grosse 3D on a plongé dans la 2D pour des raisons budgétaires, puis aujourd’hui on revient sur la 3D grâce à la rapidité des nouveaux moteurs de rendu (Octane, Redshift…), la simplicité de C4D par rapport à 3dsmax et ses nombreux paramètres désuets… et à force la 2D flat lasse, on cherche les volumes, les rotations des objets…
Côté “audience” je trouve ça flippant, on consomme des formats de plus en plus courts, on scrolle vite. En quelques secondes il faut être pertinent, capter l’attention en quelques mots.
De notre côté on réalise des films plus courts mais plus nombreux, c’est une autre approche. Les longs films de plus de 1 minute sont réservés à des cibles précises mais plus réduites.

 

Sur un plan personnel, quel serait le projet de tes rêves ?

Faire une scéno pour Foo Fighters ou Muse ?

 

Si tu avais un conseil professionnel à donner à la jeune version de toi-même, quel serait-il ?

Si vous vous attachez uniquement à l’envie de vous faire plaisir “créativement”, vous risquez d’être malheureux durant toute votre carrière. Prenez le temps de comprendre le client même si c’est parfois un vrai challenge. Vous êtes là pour co-construire un projet et non faire l’oeuvre de votre vie, le “staff pick” Vimeo. Vous trouverez toujours du temps libre pour les projets persos et évacuer ce trop plein de créativité qu’on a tous en nous. ;D

Propos recueillis en Août 2020

Author avatar
Francis
https://motiondesign.tv
Salut, je suis motion designer freelance et comme j'en avais marre d'être tout seul, j'ai invité des gens dans des bars ! A bientôt aux alcooliques anonymes !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au fait, le site utilise des cookies ! Miam !